Cette année, l’été à Saint-Nazaire aura eu une autre saveur. La naissance de La Place du Commando et de ses établissements, l’ouverture de nouveaux lieux nocturnes dans d’autres quartiers, ont contribué à créer une première : les Nazairiens sont sortis dans leur ville. Retour sur cette nouvelle dynamique qui nous aura enfin permis de voguer dans les lumières narratives de la ville.

La Place du Commando

Décriée, conspuée et puis finalement plébiscitée par une grande majorité, la place du Commando n’aura laissé personne indifférente. Tour de force et coup de maître (à bières) pour La Baleine Déshydratée, qui plus qu’un concept, octroie à Saint-Nazaire des allures de smartcity grâce à ses tireuses numériques. Certes, le côté humain peut manquer à certains, il y’a encore quelques ajustements à faire au niveau de l’indication du niveau des fûts (souvent vides en fin de soirée sans que cela ne soit indiqué), mais pouvoir siroter sa blonde avec son brun sur une large terrasse, face à l’océan, au son des guitares… What else ? Peut-être la diminution du débit des brumisateurs à eaux situés non loin et qui avec le vent, nous douche parfois plus qu’ils ne nous rafraîchissent ^^.

La baleine déshydratée

La baleine déshydratée

 

Le Bar Iodé

Le Bar Iodé

Situé face au mammifère marin, Le Bar Iodé a aussi rencontré son public grâce à ses fruits de mer, son burger de homard et sa décoration aquatique-chic. À titre personnel, je trouve que la qualité du service laisse un peu à désirer et que l’attente pour les plats est longue mais ce genre d’avis dépend tellement de chacun… J’ai par exemple apprécié aller dîner à La Plage -3ème lieu qui jalonne désormais la place du Commando- plusieurs fois durant l’été alors que ce bar-restaurant n’a pas forcément rencontré son public sur les réseaux sociaux ! Sur certains aspects, je peux comprendre mais je trouve que son emplacement et sa terrasse sont incroyables. Ce serait même l’endroit idéal pour en faire un night club puisqu’il est un peu plus éloigné des habitations ;). Enfin, il ne m’a pas semblé que ces nouvelles ouvertures aient porté préjudice au seul bar déjà existant, « Sous les palmiers la plage », puisque leur super terrasse en matériaux naturels n’a pas désempli de l’été !

La Plage

La Plage

Petit Ma’rock

D’autres quartiers de la ville ont connu un regain de dynamisme. Au Petit Maroc, sur la plage qui borde le phare du Vieux Môle, le Maquis’art a investi les lieux et les coeurs. Ce bar éphémère a proposé jusqu’au 1er septembre de nombreuses animations et des brunch le dimanche, une première à Saint-Nazaire ! L’équipe était gentille comme tout et j’espère sincèrement que l’initiative revienne et devienne pérenne 🙂

Le maquis'art

Le maquis’art

Rendre à César…

Néanmoins, il serait injuste d’imputer ce regain d’activité à la seule place du Commando puisque depuis quelques mois, de nombreux bars en ville proposent une programmation riche et variée : Le Café Scott, l’Appart, La Bara-K, Le Back Café, Le 8ème, Le Tiki, Le Phil’Good, Le Centre, L’Office Coffee, La marée monte, L’Indian Rock Café (ses cocktails sont trop bons au passage !)… Le nombre de concerts ou évènements proposés en ville par ces établissements s’est envolé et on remarque que les étudiants nazairiens délaissent peu à peu Pornichet…

L'appart

L’appart

 

Le back café

Ancien fleuron des nuits nazairiennes, le boulevard Gambetta s’éveille également de nouveau doucement à la vie nocturne (après les fermetures du Yuka et du Bakoua). Le Back Café a ouvert ses portes fin mai et propose chaque semaine et pour les mois à venir, des animations variées. Concerts, jeux de société à disposition, retransmission des matchs sportifs, ouverture 7 jours sur 7… Antoine Planchenault, le patron, confirme la tendance :

« Une énergie nouvelle s’installe en ville mais elle ne se fait pas sans efforts de la part des patrons de bars. Nous tentons de redoubler d’initiatives pour proposer une offre variée qui puisse plaire au public Nazairien, lui-même hétéroclite. Bientôt, avec d’autres établissements partenaires, nous espérons annoncer des événement récurrents afin d’instaurer un maillage fort autour de la vie nocturne nazairienne. Néanmoins, cela sera difficilement réalisable et viable si les instances concernées n’y mettent pas du leur, notamment au niveau des autorisations d’occupation du domaine public, des services de nettoyages qui ne sont pas assez présents dans certains quartiers, de la communication auprès des riverains, mais nous sommes ouverts au dialogue et allons solliciter une rencontre. Par ailleurs, je souhaite lancer une plate-forme en ligne collaborative qui regrouperait tous les événements à venir de la vie nocturne nazairienne ». Et quand je lui demande s’il est satisfait de sa saison, il répond : « de toute évidence, une saison ici ne se mesure pas seulement sur juillet et août, elle s’étale d’avril à octobre, je ne peux pas tirer de conclusion pour le moment même si les retours de ma clientèle sont bons. Quand on travaille dans un métier de services, il me paraît important de savoir s’adapter à la demande, voilà pourquoi j’ouvre 7 jours sur 7 et j’espère que d’autres établissements feront aussi ce pari. » 

Antoine Planchenault, Le Back Café

 

Les nuits nazairiennes ont visiblement de beaux jours devant elles ! Et vous, avez-vous aussi ressenti une évolution au niveau de la vie nocturne et festive ?

Partagez cet article !

Rendez-vous sur Hellocoton !

A propos de l'auteur

Clémence de La Nazairienne

Bernique poétique